Quand nitrogène y'a pas de plaisir

Publié le par maracas :0039:

J'ai remarqué un truc à propos des films et des séries américaines. Non j'ai même remarqué deux trucs :
1) Il y a forcément au moins une référence à "dieu" ("god" en VO).
2) Plus il y a des termes scientifiques, plus les phrases dans lesquelles ils sont employées sont vides de sens.


Comme il est évident qu'il n'y a aucun intérêt à discuter de religion (en effet : soit on n'y croit pas et on s'en branle, soit on y croit mais pas à la même chose que le voisin donc on se met sur la tronche pour qu'il admette qu'il croit la même chose), je vais juste vous parler de ma 2ème constatation.

Pourquoi employer un langage scientifique à outrance si ce n'est pour impressionner le quidam et se permettre de raconter les pires inepties ? C'est sûr que lorsqu'un laborantin dit "Le spectromètre de masse à pulsations électromagnéto-stimulées semble indiquer que c'est un résidu carboné pratiquement pur, probablement du graphite", ça fait tout de suite classe . Et là son supérieur qui approuve d'un air complice en affirmant que son "papier absorbant lipophile était saturé et qu'il avait décelé des effuves volatiles rappelant de la matière organique transformée par combustion". Ils en déduisent alors que la victime a été tuée pendant une soirée barbecue. 
C'est comme ça que ça se passe dans Les Experts ou dans Bones. Mais en réalité dans un vrai labo on se contenterait de dire "c'est une trace de charbon", et l'autre répondrait "je le savais, il y avait plein de graisse et ça sentait la viande grillée". Ils ne mentionneraient pas à chaque fois tous les détails sur l'instrumentation et la méthode utilisées.

Si vous avez des notions de la science datant de moins d'un siècle vous vous rendez sûrement compte du nombre incroyable d'absurdités et de mensonges qu'on peut entendre à la télé. Je ne peux pas toutes les répertorier, en voici quelqus-unes :

a) "Le gène qui permettrait à l'homme de voler" (Source : la série Heroes). Je précise : on parle bien de voler au sens des oiseaux et des avions, c'est le pouvoir de Nathan Petrelli.  Parler d'un gène pour voler c'est à la fois idiot biologiquement et physiquement, ce serait un peu comme dire que si on fabriquait les cafetières avec de l'aluminium elles miauleraient. 

b) "Le meurtrier est un homme de race blanche" (ou noire). (Source : toutes les séries policières américaines de droite (pléonasme?)).
Il est établi génétiquement qu'il n'y a pas de races chez les humains. Alors pourquoi pourquoi ne pas juste dire "homme blanc" ou "homme de couleur blanche" ? Bon je sais y'en a qui vont dire que le blanc et le noir ne sont pas des couleurs. Mais j'en profite pour demander aux inventeurs de mots que si ce n'est pas des couleurs alors il serait temps d'inventer un mot pour en parler !

 

Les CRS le savent bien : le gène du vol et le gène des races c'est le même !

"Rends tout de suite ce tricycle à son propriétaire de race blanche sinon je te renvoie dans ta savane à coups de pieds au cul !!!"


Mais la première place du mensonge le plus diffusé revient à cette affirmation :
On n'utilise que 10% des capacités de notre cerveau.
(Le pourcentage exact varie selon les sources du menteur, mais il se situe toujours entre 10% et 20%).

C'est incroyable le nombre de fois où j'ai entendu ça, alors qu'il suffit d'avoir lu n'importe quel bouquin de neurobiologie pour savoir que c'est totalement absurde. Ou de taper "10% du cerveau"dans google. (On la retrouve encore dans Heroes, preuve que cette série possède de bons consultants scientifiques.) 
Je rappelle à tout le monde, donc aussi aux personnes qui nous gouvernent, que ce n'est pas parce qu'on répète quelque chose tous les jours que ça devient vrai (non aucune référence à la propagande destinée à nous prouver que notre pouvoir d'achat augmente même si on ne le voit pas).

Pour commencer il est amusant de noter que cette affirmation sur le cerveau était déjà entendue il y a un demi-siècle alors que l'imagerie permettant d'observer le cerveau en activité n'existe que depuis les années 1980. 
Ensuite cela contredit la théorie de l'évolution sur plusieurs points que je n'ai pas envie de développer (cherchez vous-même).

Ce qui est le plus amusant c'est que cette phrase a toujours pour but de sous-entendre que cela rend toutes sortes de capacités esotériques  envisageables (télépathie, télékinésie, téléshopping et télématin). Du coup elle est toujours associée à une affirmation du style "donc on ne sait pas de quoi est véritablement capable notre cerveau". C'est un fait assez général chez les charlatans et les adeptes des pseudo-sciences : ils font des erreurs de logique. Ben oui : si on ne connaît pas exactement les capacités du cerveau, il est impossible d'estimer un pourcentage d'utilisation normale. Donc on ne peut dire que deux choses : soit "on utilise tout notre cerveau", soit "on ne sait pas quelle proportion des capacités de notre cerveau nous utilisons". Tout pourcentage est donc absolument exclu.
C'est bien la preuve que ce sont ceux qui disent ça qui n'utilisent que 10% de leur cerveau.

Ceci me fait penser à autre chose : désormais de plus en plus de publicités mentent aussi en abusant des pourcentages pour faire sérieux, plus scientifique, en nous affirmant des choses comme "cette crème amincissante est efficace sur 84% des femmes" (pour celles qui croient aux miracles et à l'horoscope : foncez vous allez maigrir !). Plus amusant encore : "80% des hommes qui ont essayé le gel Mennen aimeraient l'adopter" (ici l'emploi du conditionnel est assez parlant..).   

Enfin, pour terminer il y a un autre genre d'erreur : la mauvaise traduction.
Je comprends bien que les traducteurs ne connaissent rien à la science puisque ce sont des littéraires à la base (niark!), mais de nos jours il existe un outil très pratique et rapide pour vérifier ce qu'on dit : le Web.
Pendant des années je m'étais demandé ce que pouvait bien être cette fameuse substance qu'on trouvait seulement dans les films et qui s'appelle "nitrogène" (d'où le titre de ce billet..). Celle-ci sert en général à "cryogéniser" les gens.

Et c'est au lycée que j'ai découvert ce dont il s'agissait, dans un film hautement culturel (Demolition Man avec Stallone). En effet sur une des bouteilles on pouvait lire "Nitrogen". Eureka ! Il s'agit donc tout simplement de l'azote, dont le symbole chimique est N.

Alors on va me dire que je chipote, tout le monde (sauf moi et les traducteurs de films) savait que le nitrogène ça n'existe pas en français et qu'on s'en fout. Ok c'est vrai. Mais l'autre jour j'ai vu une autre erreur assez amusante dans un reportage sur Arte à propos des trous noirs. A un moment on nous explique qu'après la fusion de l'hydrogène en hélium une étoile va commencer d'autres réactions créant des éléments plus lourds tels que, je cite : "l'oxygène et le silicone".
Alors je fais un bond : du silicone dans les étoiles ?!?
Je rappelle que le silicone est un polymère utilisé (entre autres) pour faire des faux seins. Ce n'est donc pas un élément chimique et il est impossible qu'une étoile en fabrique.
Le silicon c'est du "silicium" dans notre langue.


système d'étoiles double :



Il ne suffit pas de mettre un "e" à la fin des éléments chimiques anglais pour obtenir les noms français. Et non la "Silicon Valley" ce n'est malheureusement pas une vallée avec plein de blondes à forte poitrine à la recherche de leur god(e).


Mes sources pour vous convaincre que notre cerveau est utilisé à 100% même chez les cons (essayez les livres de neurologie et vous atteindrez même 110%):
http://www.charlatans.info/lecerveau.shtml
http://www.lefigaro.fr/sciences/20061108.FIG000000033_utilise_t_on_plus_de_de_nos_neurones.html
http://sornettes.free.fr/spip.php?article110
http://www.apteronote.com/revue/philo_sciences/article_35.shtml

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

louis 15/10/2008 20:37

Je ne viens pas polémiquer... juste lâcher une petite réflexion vis-à-vis du passage qui parle de l'impossibilité de déterminer dans quelle proportion on utilise notre cerveau (avec lequel je suis d'accord dans le fond, preuve que je passe bien discutailler pour le plaisir).

On peut très bien estimer la proportion du cerveau qui est utilisée, sans pour autant l'avoir employé physiquement à 100%. Comment? En se basant sur le "volume" dont on se sert. Si on voit que 10% du cerveau s'active sur le scanner, c'est 10%.


Pour pas trop passer pour un con, je suis obligé d'imager et de modérer. Imaginons qu'on a 10 boites avec des sousous dedans, et qu'on en ouvre qu'une seule (avec 20 balles dedans): on peut bien dire qu'on utilise 10% de nos boites.
On ne sait pas si dans les 9 autres boites on va trouver des des grosses liasses de billet ou alors que dalle... mais on utilise bien 10% du lot de boites.

Je pourrais encore rallonger en rajoutant que je suis au courant -superficiellement- que selon le moment, on utilise telle ou telle partie du cerveau, telle ou telle boite... mais je pense que le message non-profond dont je voulais causer est déjà passé: ça n'a rien d'absurde de dire qu'on utilise 10% d'un cerveau (à un moment donné du moins).
Par contre, je suis bien d'accord que tant qu'on n'a pas utilisé et étudié à 100% toutes les zones d'un cerveau, on ne peut vraiment pas dire qu'on emploie 10% de son potentiel, vu qu'on n'a aucune idée de ce qu'il a dans le bide au final.
Si ça se trouve, ce sont les trois derniers neurones dont jamais aucun être humain ne s'est servi qui démultiplieront notre "pouvoir". (J'y crois pas ceci-dit, mais vu que je suis partisan de l'auto-chatouille pour se faire rire ce soir, autant se lâcher...)

maracas :0039: 15/10/2008 21:18


Je vais d'abord répondre sur ce que tu dis à la fin : je peux t'affirmer qu'il n'existe pas de neurone dont aucun humain ne se serait servi, du moins pas à
l'âge adulte : si c'était le cas cela remettrait en question toute la théorie de l'évolution. Il me semble l'avoir précisé dans un article (peut-être pas celui-là, je ne sais
plus). 

Un neurone qui n'est pas activé régulièrement meure et disparaît, tout simplement.

Ensuite je ne remettais pas en question la mesure de la proportion de l'activation du cerveau, car en effet on peut la déterminer (et on le fait d'ailleurs, c'est ce qui nous donne ces nombres
entre 5% et 15%).  Je parlais des capacités du cerveau.

Ton exemple ne s'appuie que sur un aspect quantitatif mais pas qualitatif, et tu le sais puisque tu précises qu'un milliardième du cerveau pourrait avoir les capacités d'une autre partie qui
représenterait plusieurs %.

Un neurone n'est pas une unité de calcul (même si elle peut être vue comme telle pour un stimulus). Un neurone peut être utilisé dans des processus de pensée différents. 

Alors dans ce cas pourquoi compter la proportion des neurones activés donnerait une idée des capacités ? Pourquoi ne compterait-on pas plutôt le nombre de liaisons réelles entre les neurones par
rapport aux nombre théorique possible pour obtenir le résultat ? Sachant qu'un neurone peut avoir des dizaines de milliers de liaisons (50 000 synapses en moyenne par neurone), le nombre de
configurations possibles d'un cerveau est tellement élevé qu'on peut le considéré comme infini. 

De plus tout ce que tu dis s'appuie sur la conclusion non-établie que seuls les neurones, et le cerveau, seraient utilisés pour les processus cognitifs. En fait on sait qu'il y a des neurones
ailleurs (dans l'oeil, la colonne vertébrale) et que d'autres types de cellules du corps pourraient servir à la création de la pensée.

Et surtout, dans le cerveau on a récemment découvert que les cellules gliales jouaient aussi un rôle dans le traitement et la transmission des signaux nerveux. Elles sont plus difficiles à étudier,
cela prendra encore certainement des décennies (ou des siècles).
Or on sait qu'il y a entre 10 et 50 fois plus de cellules gliales dans le cerveau que de neurones !!!
Si on ajoute le nombre de liaisons réelles ou possibles entre cellules gliales et avec les neurones, là on en est déjà à un point où il ne sert plus à rien d'essayer de parler de pourcentage du
cerveau utilisé.
 
Qui sait si on ne découvrira pas dans le futur d'autres types de cellules qui travaillent conjointement avec les neurones et les cellules gliales ? Et qui pourrait affirmer que de leur action
parallèle n'émerge pas un niveau supérieur de fonctionnement ?

Nous utilisons 100% de nos neurones et cellules gliales, mais ça ne signifie pas que nous utilisons 100% des capacités du cerveau.

Mesurer la proportion du cerveau utilisée à un moment donné ne nous donne en fait aucune indication sur le potentiel de nos capacités. Ce qui pourrait éventuellement nous renseigner là-dessus c'est
la manière dont le cerveau est organisé et de savoir à quel point il est optimisé. Mias ça c'est tout simplement impossible à évaluer.

Nous ne pouvons pas déterminer ce qu'un humain peut comprendre en théorie. Par exemple on ne peut pas savoir si notre cerveau est capable de comprendre un certain niveau de complexité, comme
comprendre le cerveau ou les théories ultimes de l'Univers. 

C'est une conclusion qui est vrai pour toutes les connaissances : il est aussi impossible de dire quelque chose comme "nous connaissons 10% des théories de l'Univers". Et cela n'a rien à voir avec
le fait qu'on puisse observer 1%, 10% ou 100% de l'Univers. 
On ne pourra jamais dire non plus que nous connaissons 10% des théories mathématiques, et c'est vrai pour toutes les théories ou connaissances.  


kuznetchik 28/07/2008 16:45

réconfortant ? comment ça ...
Enfn oui je te l'accorde dire " la science c'est mal " n'a aucun sens ..ça sous entend surtout que j'attend vite mes limites quand ( en général) un sujet scientifique arrive dans mes discussions.. tout devient trés obscur assez vite ...
ton billet est loin d'être incompréhensible .. sinon j'irai sur d'autre blog super ou on varaconter le film vu la veille ..

maracas :0039: 28/07/2008 23:24


ça serait long à expliquer pour chaque type d'idée reçue en quel sens elle sert à réconforter l'esprit, en plus c'est plutôt de la psychologie et je n'oserais pas affirmer que je suis un
spécialiste.
Le seul point comun c'est qu'elles permettent toutes de laisser penser qu'il existe quelqu'un ou quelque chose qui a le contrôle sur c qu'on ne contrôle pas directement.

L'exemple typique est l'idée de dieu face à notre peur de la mort.
L'horoscope et l'astrologie vont dans le même sens : ce sont à la fois les astres et l'astrologue qui semble contrôler ce qui nous dépasse. Le paranormal en général est un mélange des
deux sur la peur du hasard sur les événements de notre vie et de l'au-delà.
Et puis même la science agit de la même manière dans la vision commune qu'on en a : c'est pour ça qu'Einstein est aussi présent dans l'esprit des gens, car pour beaucoup il est
réconfortant d'imaginer un humain qui est capable de comprendre ce qui dépasse ce qu'ils pensent. C'est aussi pour ça que certains auraient aimé expliquer sa réussite par la taille de son cerveau
ou le nombre de ses neurones. C'est pareil pour la notion de QI car ce serait tellement plus simple de résumer notre complexité incompréhensible par un simple nombre établit par une instance
supérieure. 

Tu peux d'ailleurs remarquer qu'il n'existe aucune idée fausse répandue qui mettrait l'homme fasse au néant de son existence davantage que la science. Donc soit cela signifie que les idées faussent
servent à rassurer en donnant des réponses à tout ce qu'on n'explique pas d'une manière réconfortante, soit c'est une simple coincidence...  


kuznetchik 28/07/2008 11:50

ben mirde je pensais vraiment qu'on utilisait que 10% de notre cerveau est tatoufau.com m'a dit le contraire arghhh ..
C'est vrai j'aurai pu avoir un livre de neurobiologie dans ma bibliothèque mais j'aime trop les livres pour les laisser pourir .. La science c'est mal, j'y comprend vraiment rien du tout .. ( c'est con comme refléxion,mais tellement vrai )

pas besoin de sujets a te soumettr, tu te débrouilles trés bien tout seul .. ou alors je repasse dans trois mois pour voir si tu as publié un peu

et des bises ( évidement) en passant !!!!!

maracas :0039: 28/07/2008 14:18



Il est bien plus facile de croire à des mensonges simplistes et réconfortants qu'à des vérités troublantes, plus complexes et plus nuancées. C'est pour ça que des charlatans ont réussi à
faire croire que nous n'utilisions que 10% de notre cerveau, que 60% des femmes croient en leur horoscope et que plus de 90% des gens croient à quelque chose de paranormal.
Si la science a une mauvaise image c'est justement parce qu'elle met les humains face à leurs propres limites. 
Dire que "la science c'est mal" n'a évidemment aucun sens...
Et tu ne peux pas ne rien y comprendre du tout (sinon ça veut dire que tu n'as pas compris ce texte, qui est aussi compliqué que d'affirmer que "notre cerveau utilise 100% de ses
capacités" ^^). 



kelkun kit'li 25/07/2008 01:42

çane regarde que toi, mais quand on a un discours aussi riche, je crains qu'il ne soit plus judicieux de le morceler afin qu'il paraisse plus digeste, que chacun trouvele temps de réagir à chaque élément. il y aurait tant à dire... mais j'ne suis pas encore un grand lecteur, j'dteste touours autant lire... bref, j'avoue, j'n'ai lu que les grosses phrases...désolé.J'ne suis pas digne de te lire... etc'est vraiment dommage, tout ça m'attire..!

maracas :0039: 26/07/2008 15:41


Sans doute, mais je ne tiens pas à devenir "tout public". Tant pis pour ceux qui ne prennent pas la peine de lire, il y a plein d'autres blogs pour ça.