achète mon magazine de merde : partie 1

Publié le par maracas :0039:

J’ai lu de ci de là plusieurs réflexions sur des sujets assez similaires qui m’ont rappelé que j’adore parler de ça, et selon le principe raisonnable du « je ne vais pas réinventer l’eau chaude mais je vais pas non plus me doucher à l’eau froide comme un abruti  », j’ai décidé de vous pondre un article amusant sur :

Comment faire un bon magazine de merde et réussir à le vendre. J'ai aussi fait une explication plus visuelle grâce à des images de la super génialissime série "The big bang theory" pour que vous compreniez mieux.


1) vous voudriez bien vendre ça :




Naturellement c’est très long et je suis obligé de le faire en plusieurs parties.

Aujourd’hui je vais aborder brièvement les bases (euh, là ceux qui voient la véritable longueur de l’article constatent déjà à quel point je suis un sombre manipulateur ou un mauvais menteur, mais soyez sympas pour une fois essayez de lire je vous promets qu’il y a des trucs rigolos vers la fin, et plein de gonzesses à poil qui habitent tout près de chez vous) :

La couverture et les Sujets à aborder

La plupart des magazines l'ont bien compris : c'est la couverture qui fait acheter, rien d’autre. C'est vrai aussi pour d'autres supports, mais l'effet est moindre. Par exemple la photo sur la couverture du dernier Amélie Nothomb ou le dessin sur le Seigneur des Anneaux n'a pas une grande influence sur les ventes. Ceci est dû au fait que la plupart des gens qui les achètent ont déjà décidé à l’avance de les acheter, alors qu’un magazine s’achète plutôt sous l’effet d’une impulsion débile et incompréhensible se traduisant dans notre cerveau animal par « tiens ça a l’air bien pour une fois, en plus ça coûte que 2 euros. »

Mais cela reste vrai pour des auteurs et des livres moins connus, j’en discuterai un autre jour si l’envie m’en prend, donc ça peut être utile à tout le monde.

La première chose à savoir c’est que ce sont principalement les femmes qui achètent les magazines, faites donc un magazine féminin. C’est tout bénéf car chacun sait que les hommes le liront eux aussi.


2) vous lui donnez un côté plus glamour et intellectuel et vous obtenez ça :


D’abord, comment réussir sa couverture ? Visuellement il faut

1)      que ça saute aux yeux

2)      que ça soit bien racoleur

3)      que ça ait l'air d'être intéressant

 

Pour satisfaire ces trois conditions c’est très simple, il suffit de : 

1) montrer une photo vaguement ou carrément sexy

2) y ajouter un texte ayant un rapport avec le cul

3) essayer de faire en sorte que ce texte soit légèrement différent de celui du précédent numéro, par exemple en changeant une ou deux lettres dans un mot choisit au hasard.

Il faut bien choisir son sujet en conséquence, et essayer de faire croire qu'on dit des choses passionnantes et inédites à son propos. D’ailleurs, pour rester dans l’esprit, au lieu de parler de choses ‘inédites’ j’ai remarqué que les magazines employaient un vocabulaire plus tapageur et qui rappelle que nous sommes avant tout des animaux à la perversion principalement visuelle.

Préférez donc des expressions comme ‘du jamais vu !!!’, sachant que cela ne vous engage à rien car ‘du jamais vu’ personne n’en a jamais vu, surtout dans un magazine, et que vous ne pourrez même pas être traités de menteurs s’il n’y avait finalement rien à voir car vous n’avez fait que prévenir vos lecteurs les plus naïfs de ce constat.


 3) vous le simplifiez afin d'attirer le grand public et vous obtenez ça :


Vous l’avez déjà compris, votre magazine ne peut avoir que trois sujets possibles : parler de cul, montrer du cul, et enfin expliquer comment perdre la graisse de son cul.

Pour faire croire qu'on dit des choses passionnantes et totalement inédites sur un sujet, il suffit de faire à peine mieux que ce qu’on a dit la fois d'avant.

 

La photo ne pose pas de problème, il suffit de montrer une fille différente à chaque numéro.


Pour les sujets, c'est pareil sauf que la surenchère est obligatoire.

Ainsi après "Perdez 1 Kg en une semaine", on passe à "Perdez 1Kg en une semaine sans effort", puis à "Perdez 2Kg en une semaine",  "Perdez 2Kg en une semaine sans effort"etc…
Malheureusement cette surenchère devra bien s'arrêter un jour parce que ça va faire louche et peu crédible : "Perdez 40Kg en 2 jours sans effort et en mangeant plus que vous mangez déjà et en arrêtant de faire du sport". Comment s’en sortir ?


La technique consiste juste à décider un jour de faire oublier à vos lecteurs tout ce que vous avez dit avant afin de recommencer par un habile :

"Fini les régimes qui ne marchent pas » ou « toute la vérité sur les régimes enfin dévoilée". Et c'est reparti pour un an.

Là, vous vous dites : c'est pas le tout d'avoir un bon sujet, encore faut-il avoir des choses à dire, et ne pas donner l’impression à vos lecteurs que vous leur avez menti sur toute la ligne. Et là je vous réponds avec mon calme légendaire : "Mais non, pas du tout, on s'en branle du contenu t’as vraiment rien compris".

Dans le cas du régime c’est très simple : il suffit de proposer une méthode qui marche à l’évidence mais qui est absolument irréalisable, du genre « mangez trois feuilles de laitue au petit déjeuner avec un verre d’eau sucrée, au déjeuner prenez un steak de soja nature et pour finir une tisane le soir». Je peux vous assurer que vous perdrez bien du poids, et que si vous continuez suffisamment longtemps de suivre ces règles pour être en mesure d’affirmer que c’est n’importe quoi, c’est que vous êtes sûrement mort à cause de graves carences.

Il faut aussi parler du régime où la personne peut manger autant qu’elle veut qui est un peu plus complexe et nécessite quelques connaissances en diététique, comme le fait qu’il existe des glucides lents qui sont mieux que les rapides. Il suffit ainsi de proposer un régime dans lequel chaque repas contient 813 calories, ni plus ni moins, réparties selon des proportions exactes de protéines, glucides et lipides, et en y ajoutant l’importance prouvée d’y inclure les bonnes vitamines et minéraux à des moment précis d’un cycle journalier totalement incompatible avec la vie d'une personne normale.


 4) vous laissez de côté tout ce qui pourrait paraître rébarbatif et vous obtenez ça :


Après les régimes pour les gros culs, passons au but ultime de ces régime : le cul, le vrai.

Là il faut appliquer les mêmes méthodes donc je vais être bref pour changer. Choisissez un sujet ayant un rapport avec le sexe comme ‘Tout sur le plaisir des femmes’, ‘Comment avoir un orgasme à chaque fois’ ou ‘Comment devenir une vraie salope au lit qui fait bander et jouir tous les mecs qu’elle veut juste en écartant les cuisses, et inversement ?’.

 

Evidemment il s’agit là de l’article phare de votre magazine, celui sur lequel vont immédiatement se jeter tous vos lecteurs et lectrices qui parviendront à comprendre le sommaire et à le retrouver au milieu de toutes les pubs car vous avez fait en sorte que seule 1 page sur 27 est numérotée. Bien entendu, comme vous n’avez absolument rien à dire sur aucun de ces sujets, vous allez devoir faire preuve d’une certaine subtilité. Mais encore une fois c’est simple car il existe une unique vérité absolue sur le sexe qui est qu’il n’existe aucune vérité absolue sur le sexe.

Donc, au lieu d’essayer d’expliquer quoi que ce soit sur le plaisir des femmes ou comment elles pourraient jouir, vous allez parler de choses qui ont vaguement un rapport avec la sexualité. Pour les exemples que j’ai choisis, vous allez ainsi expliquer au hasard que :

1)      Les positions préférées des femmes sont, dans l’ordre : l’amazone, le missionnaire, la levrette et enfin la toupie-vosgienne-inversée-devant-une-foule-de-spectateurs-dans-un-lieu-public. Pour les hommes c’est exactement pareil mais dans l’ordre inverse.

2)      Les préservatifs à picots c’est bien, ceux parfumés à la fraise aussi, et faire l’amour avec du lubrifiant au menthol ça fait un effet méga giga plus mieux que si tu mets pas de lubrifiant au menthol.

3)      Ce qui compte c’est pas la taille de la bite mais la fréquence à laquelle l'homme fait la vaisselle.

Voilà, grâce à mes conseils vous pouvez déjà commencer à plancher sur la future couverture de votre magazine et vous occuper des articles les plus importants. Nous verrons les articles annexes la prochaine fois, ceux qui servent à remplir les 200 pages qui reste pour faire conséquent.

Comme mon article était déjà extrêmement long et que vous êtes à 99% des feignasses, lorsqu'il s'agit de lire (à retenir pour votre magazine ça aussi) il y aura juste au dessus un article annexe avec d’autres conseils qui concernent un autre type de magazine moins rentable : le magazine de vulgarisation scientifique.


5) au bout du compte le lecteur se retrouve à acheter ça :



Publié dans Bande de naïfs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

KuzlaetChik 15/09/2008 16:05

C'est vraiment pas vendeur la couverture là ..