L'homéopathie dans ton cul

Publié le par maracas :0039:

Vous avez sûrement déjà vu sur les médicaments homéopathiques les indications du style 5CH, 7CH etc...
Il s'agit du taux de dilution du principe actif : 1CH équivaut à une dilution au centième (ce qui signifie que pour l'obtenir on garde 1% du produit et on remplace les autres 99% par du solvant).


J'ai vu qu'il existe des produits homéopathiques courants dilués à 15CH, 20CH et parfois même 30CH.
(En vérifiant encore une fois, je viens de tomber sur des exemples de médicaments homéopathiques à 50CH. Je vous invite à regarder aussi sur le net et à me dire si vous trouvez encore mieux.)


Voici la photo de CALCAREA FLUORICA 30 CH :



Ce qui est étonnant, du moins pour les gens comme moi qui pensent que toutes les connaissances en chimie et en physique ne sont pas totalement absurdes, c'est qu'à partir de 12CH il ne reste plus qu'une seule molécule active dans l'eau.
Cela signifie que la dilution à plus que 13CH n'a aucun sens pour un médicament homéopathique puisqu'on ne peut pas réduire une molécule à "moins de une molécule" en la diluant.

Cela n'a de sens que si cette dilution équivaut à une augmentation du solvant : par exemple à 13CH il y a une molécule en moyenne dans 3 litres d'eau alors qu'à 15CH il y a une molécule dans 30000 litres d'eau.

En théorie, la dilution maximale qu'on pourrait atteindre correspondrait à une unique molécule de principe actif dans toute l'eau qui existe sur Terre et qui est estimée à 15 milliards de milliards de litres (1,5 10^19 litres). Dans ce cas on obtiendrait un médicament homéopathique donc l'indice serait situé entre 15CH et 16CH.

Pour avoir une chance de trouver une unique molécule active dans une dilution à 30CH il faudrait donc disposer de 3 fois 10 puissance 47 litres d'eau. Cette quantité est des millions de milliards de milliards de fois plus importante que la quantité totale d'eau sur toute la planète (1,4 fois 10 puissance 21 litres). Et ceci à condition que la dilution soit parfaite et que la molécule en question ne se soit pas perdue dans un résidu des récipients à partir de 12CH, ce qu'aucun chimiste n'oserait prétendre.
Cela n'a absolument aucun sens de parler d'une seule molécule diluée dans un volume d'eau qui n'existe pas sur Terre, et encore plus de dire qu'elle pourrait avoir des effets résiduels dans l'ensemble des échantillons qui ne la contiennent pas (qui représenteraient l'ensemble des échantillons sauf un seul qui contient la molécule si on a de la chance).

D'où ma question : comment ces entreprises pharmaceutiques parviennent-elles à dépasser largement cette dilution ?

J'ai envisagé deux possibilités :
1) Elles disposent d'une quantité d'eau supérieure à toute celle qu'on trouve sur notre planète
2) Elles divisent la molécule en question


Je ne vais pas discuter en détail de la 1ère possibilité, je ne vois pas trop où on pourrait trouver sur Terre et ensuite cacher un volume d'eau plus grand que le Soleil lui-même sans que personne ne le sache (Ah, on me donne la réponse dans l'oreillette : "Dans ton cul, connard !"). En plus il faudrait s'assurer qu'il s'agit bien d'eau pure à 100%, ce qui est difficilement réalisable (impossible en pratique selon la chimie standard, et impossible en théorie selon le principe même de l'homoépathie qui est basée sur le fait que même l'eau pure possède encore la mémoire de ce qu'elle a contenu. Là franchement c'est carrément nous prendre pour des cons, ou alors c'est juste que les homépathes-amis sont les cons).
Enfin il faudrait utiliser un récipient relativement gros, de quelques milliards de mètres de hauteur, et pareil en largeur et en longueur. Sans compter qu'il aurait fallu fabriquer ce récipient, et le cacher quelque part où personne ne pourrait le voir. Non je n'ai pas un anus assez large pour ça, désolé.


Donc il ne reste que la deuxième possibilité : ces entreprises divisent la molécule en question pour pouvoir la diluer dans un volume éventuellement atteignable.

Le problème de cette méthode c'est qu'elle consiste à détruire le principe actif, le truc qui est censé soigner.
Bon, supposons quand même que ça marche. Il faudrait que ce soit une très grosse molécule, une macromolécule. Disons qu'elle est constituée de 1000 milliards d'atomes.  A 13CH, on a donc une seule de ces molécules dans 3 litres d'eau. On peut alors la diviser 1000 milliards de fois pour ne garder qu'un unique atome. Si par chance cette opération s'effectue parfaitement, on obtient alors une solution homéopathique dont l'indice serait 13 + 6 = 19CH.


ça n'a pas grand-chose à voir avec l'homéopathie, mais franchement ça me donne faim


Si on veut diluer encore, il va falloir casser l'atome. On va donc supposer qu'il s'agit d'un gros atome. Le plus gros atome connu est constitué de 114 protons et environ 165 neutrons. On va supposer qu'il n'y a pas besoin d'un accélérateur de particules pour le produire et qu'il est stable. Il comporte donc un peu moins de 300 nucléons, mais on va supposer qu'on peut le diviser 300 fois afin d'obtenir un unique proton (ou un neutron, mais le neutron seul étant instable, il va se désintégrer en proton de toutes manières.)
On obtient alors un produit dont la dilution est de 19+1+0,03 CH, allez je suis gentil est j'arrondis à 21CH.

Cette solution à 21CH consiste donc en un unique proton contenu dans 3 litres d'eau. Maintenant on veut essayer d'atteindre 30CH. Là, honnêtement, mon imagination a des limites. La physique nous indique qu'un proton est constitué de 3 quarks, mais il est impossible d'obtenir des quarks séparés. On ne peut donc qu'obtenir une particule au minimum formée de 2 quarks, ou plutôt d'un quark et d'un antiquark, et qui porte le nom de "méson pi" ou simplement "pion".

Mais les entreprises vendant de l'homéopathie arrivent à faire bien mieux : elles vont jusqu'à diviser un unique quark en des milliards de morceaux de quarks, chose qu'aucun physicien n'a encore osé imaginer.

Pour résumer, un médicament à 30 CH s'apparente à un morceau d'un milliardième de quark contenu dans 3 litres d'eau. Evidemment personne ne prend des doses de 3 litres de médicament, alors il faudrait encore diviser ce minuscule morceau de quark pour obtenir des doses normales de quelques millilitres.

Enfin, le
CALCAREA FLUORICA à 30CH que vous voyez en photo est vendu à 6,99 $, vérifiez -ici-
C'est vrai, diront certains, que ça fait un peu cher pour ce que c'est : des milliards de dollars pour un seul quark en entier. Je vous laisse faire le calcul du prix au kilo, parce que là j'en ai un peu marre(*),mais je peux vous affirmer d'avance qu'il n'y aurait pas assez de dollars sur la planète pour en payer quelques grammes.

Mais il faut aussi avouer que c'est extrêmement coûteux de casser des quarks en de si petits morceaux. Même les physiciens n'y parviendront pas dans les collisions du LHC, preuve que les vendeurs d'homéopathie ont encore une sacrée avance technologique sur tout le monde.


en voilà une jolie macromolécule



Je me suis limité ici à essayer d'atteindre une dilution de 30CH. Or je viens de voir dans wikipédia (-ici-) que
:
"Les dilutions courantes en France vont jusqu'à 30 CH, le taux de dilution est donc de 10-60. Dans de nombreux pays sont utilisées des dynamisations et dilutions allant jusqu'à 200 CH."
Je suis en effet tombé sur des médicaments à 50CH.
Là, le calcul est très simple : on estime qu'il y a environ
1080 atomes dans l'Univers. La dilution maximale théorique envisageable serait ainsi de une molécule dans 1080 atomes, ce qui correspond à un indice inférieur à 40CH. On en déduit que pour atteindre 50CH ou 200CH les industries homéopathiques ont accès à une quantité de matière très largement supérieure à toute celle de notre univers. Auraient-ils découvert un univers parallèle dans lequel ils iraient chercher leur solvant pour faire des médicaments à base d'eau et de sucre ? Le mystère reste entier.

Bref, après tous les calculs que je viens de faire pour vous expliquer ce que c'est exactement que l'homéopathie, je vous préviens que le prochain qui me sort que "l'homéopathie c'est pas simplement un placebo" je l'égorge.

PS : En fait je suis passé à côté d'une dernière possibilité qui expliquerait tout ça : "CH" ne signifierait pas  "Centésimale Hahnemannienne" comme tout le monde le croit, mais simplement "Connerie Homéopathique".

(* Note : En fait ce n'est pas seulement que j'en ai marre, mais que je suis incapable de le calculer pour une bonne raison : nous sommes ici dans le domaine où la masse commence à perdre son sens habituel :
il se trouve qu'un quark Up a une masse estimée entre 1 MeV/c² et 4 MeV/c², tandis qu'un quark Down a une masse entre 
4 MeV/c² et 8 MeV/c². Comme un proton est constitué de deux quarks Up et un quark Down, sa masse devrait logiquement être située entre 6 MeV/c² et 20 MeV/c². Or la masse réelle d'un proton est de 1000 MeV/c², soit 50 fois plus grande que la limite maximale prédite si c'était la somme des masse des quarks.
La quasi totalité de la masse d'un proton est en fait l'énergie d'interaction entre ces quarks, qui est faites de gluons et de quarks virtuels. Lorsqu'on essaie de séparer des quarks on doit fournir une certaine quantité d'énergie, or cette énergie est tellement grande qu'au final on ne sépare pas les quarks initiaux mais on en crée des nouveaux !)

Publié dans Bande de naïfs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gillet Piero 04/12/2014 09:20

Bonjour à toi
Juste un petit mot pour t'encourager à continuer de dénoncer les escroqueries et autres impostures intellectuelles. Pour approfondir ta propre réflexion, je te conseille la lecture de Croire à
l'incroyable de Romy Sauveyre et Comment se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses de Raymond Boudon. Cela permet de mieux comprendre comment on en arrive à adhérer à des sottises sans
nom, sans être un imbécile ou quelqu'un de complètement dingue.
Pendant que j'y suis, dans un souci d'éducation populaire, j'offre depuis 10 ans un abonnement de résumés d'essais (complétés, commentés et annotés) totalement gratuit et sans publicité. Si ça te
tente, envoie-moi un mail.
Cordialement
Piero

aoki 11/11/2011 20:30


Mouaif ! Je suis absolument d'accord sur le fait qu'un prix nobel puisse aussi affirmer aussi une somptueuse connerie, cela dit le lien sur Montagnier, n'est pas une exemple d'objectivité, mais
plutôt un blabla pour démonter quelques émergences qui dérangent, avec même quelque contre vérités. Je crois que l'on est là dans une opération de communication. Comme souvent.

Les expériences en basses dilutions existent (kolisko par ex.) mais tout le monde s'en fiche. La loi d'Arndt et Schultz est une loi biologique qui a été contestée qu'à partir du moment où Schultz
s'est déclaré favorable à l'homéopathie. Bref, ou est l'objectivité ?
J'ai une expérience à la fois de thérapeute et de parent sur cette base toute personnelle je ne vais certainement pas me carrer l'homéopathie dans le derche ... Ce n'est pas comme cela que cela
fonctionne ;) ... Quoique sait-on jamais ?


aoki 03/11/2011 20:26


Bon ben après avoir lu le bel article sur la complexité, l'intelligence et la rationalité, avec des exemples en physiques, c'est un peu navrant de voir que ces beaux arguments ne sont pas utilisés
pour rédiger ce texte sur les dilutions.

QUI A AFFIRME QU'IL FALLAIT UNE MOLÉCULE POUR QU'IL Y AIE UNE ACTION ???

Il s'agit d'une information et non d'une action biochimique ... !
C'est tout le problème de la logique qui cherche des réponses sur un plan où elles ne se trouvent pas. Pfff quel conditionnement de la pensée pavlovienne.

Luc Montagner , qui n'est pas non plus la moitié d'un con, en vient à voir des phénomènes de physique quantiques au-dessus des phénomènes biologiques. MEME QUAND IL N'Y A PLUS DE MOLECULE UNE
EMPREINTE MAGNETIQUE SUBSISTE DANS LE PLASMA ET DISPENSE SON INFORMATION !!!

Comme sa conférence à Lugano date de 2007, càd bien avant cet article, c'est impardonnable de proférer encore des logiques d'arrière-gardes dépassés.
Tout ceci explique même assez bien pourquoi au delà de toute raisons des personnes sensées affirment avoir été soulagées ou guéries par de l'homéopathie. Ce n'est pas par l'action chimique d'une
quelconque molécule mais par une empreinte électromagnétique porteuse d'un signal d'information !

Comme un vaccin mais en bien plus subtil et raffiné !!!


maracas :0039: 04/11/2011 13:38



Ce n'est pas parce qu'un prix Nobel défend une idée qu'elle est vraie (sinon que dire de la justification propos raciste de Watson, le co découvreur de l'ADN, cf -ici-). Il ne faut pas s'y fier, il y a autant de cons chez les Nobels que chez les autres, ce n'est
pas parce qu'ils sont spécialistes dans un domaine qu'ils ont raison sur le reste (ni même sur leur travaux, d'ailleurs).


Quand un médecin gâteux (prix Nobel ou pas) commence à dire des choses sur ce qu'il ne connait pas (l'électromagnétisme et la physique quantique ce n'est pas le domaine de prédilection des
biologistes) en général c'est des élucubrations, et bizarrement c'est souvent ce qui est le plus souvent cité par les charlatans.


Sur le principe je suis tout à fait d'accord : la présence d'une molécule pourrait ne pas être indispensable. Mais dans la réalité tout montre que l'information ne reste pas. Et puis "voir des
phénomènes de physique quantiques au-dessus des phénomènes biologiques" tu m'expliqueras ce que ça veut dire car pour moi cela n'a aucun sens puisque là on parle de ce qui est commun aux deux
(par exemple, le fait de pouvoir sentir une odeur est bien un péhnomène biologique basé sur un processus quantique, il n'y a rien au dessus d'autre chose).


Va plutôt lire ça : -charlatans news Montagnier
- :


En réalité, ses résultats sont incompatibles avec la théorie homéopathique. L’étude n’a rien à voir avec l’homéopathie. L’extrait
de celle-ci conclut :


"Ceci ouvre la porte vers le développement de systèmes de détection hautement sensibles pour les infections bactériennes chroniques pour les maladies des êtres humains et des animaux."


Quand ils citent cette étude, les homéopathes tombent dans une illusion rhétorique et logique appelée "l’homme de paille", qui consiste à présenter la position de son adversaire de façon
volontairement erronée. La seule allusion que fait cette étude à l’homéopathie pourrait éventuellement être celle de la dilution et de l’agitation, mais il ne s’agit de rien d’autre que d’une
fausse analogie.


[...]


De toute façon, les découvertes in vitro elles-mêmes ne pourront jamais valider l’homéopathie, même si elles pouvaient démontrer que l’eau se "remémore" quelles molécules ont été diluées dedans. Il y aurait toujours à démontrer qu’une telle mémoire se traduise en des effets thérapeutiques
spécifiques sur la physiologique humaine. L’homéopathie est un système de traitement clinique qui peut seulement être
validé par des études cliniques in vivo (i.e. sur des êtres humains). Les homéopathes qui croient que l’étude de Montagnier va soutenir l’homéopathie font seulement ici la
démonstration de leur capacité sans borne à l’auto illusion.


 


Cela dit, merci pour le com. C'est le geste qui compte.



Rémy Moreau 05/02/2010 18:21


Très bien. Vous convaincrez avec cet article quelques esprits scientifiques mais malheureusement aucun gogos dans la foi Hannemannienne... Personnellement je ne connais aucun guéri ( D'une maladie
autre que imaginaire !) par placébo homéopathique. Par contre je connais de gens qui sont morts faute d'avoir été soignés à temps par des moyens conventionnels parfois très efficaces.


Béluo 04/02/2010 15:29


Conclusion, maracas : les gens qui croient en l'homéopathie, ne savent pas ce qu'est une molécule!